Pourquoi le Costa Rica s’appelle-t-il ainsi ?

La nation d’Amérique centrale du Costa Rica est l’un des rares pays au monde à ne pas posséder d’armée permanente. Néanmoins, le Costa Rica, comme d’autres pays d’Amérique latine, est confronté à diverses menaces sécuritaires qui testent la capacité de sécurité du pays. Les principaux problèmes de sécurité nationale comprennent le contrôle des frontières, le trafic de drogue et l’expansion des organisations criminelles internationales dans le pays, comme par exemple le cartel mexicain de la drogue Sinaloa. Sur le front international, le Costa Rica est actuellement impliqué dans un différend frontalier avec le Nicaragua, qui comprend l’occupation par un contingent de troupes de l’armée nicaraguayenne de territoires contestés le long de la rivière San Juan depuis l’année dernière. La rivière a traditionnellement servi de frontière naturelle entre les deux pays, mais le Nicaragua a modifié le cours de la rivière l’année dernière, ce qui a entraîné un nouveau contrôle de l’île de Calero, du moins pour l’instant. En réponse, San José a a créé une nouvelle unité frontalière d’élite. La combinaison de l’activité criminelle croissante et du différend frontalier actuel avec un État qui possède une force militaire relativement forte signifie que le Costa Rica devra développer une capacité de défense plus forte pour s’attaquer aux problèmes croissants liés à la sécurité.

L’histoire

Le vénéré président du Costa Rica, José Figueres Ferrer, a aboli l’armée du pays le 1er décembre 1948. L’année suivante, l’article 12 de la nouvelle constitution codifie l’abolition de l’armée. Le budget des forces armées a ensuite été déplacé vers des objectifs de sécurité intérieure en redirigeant les fonds vers les forces de police, l’éducation, la protection de l’environnement et la préservation culturelle.

A lire également : Pourquoi San Francisco est-elle une ville risquée ?

En conséquence, le pays est devenu connu comme une « nation civilisée », une étiquette qu’il n’aurait pas pu revendiquée avant l’abolition des forces armées. Avant le point de repère de Figuères , le Costa Rica, a souffert d’une série de gouvernements instables. De 1917 à 1919, le pays est sous l’emprise dictatoriale du général Federico Tinoco Granados, jusqu’à ce qu’il soit renversé et forcé à l’exil. Figueres lui-même est arrivé au pouvoir grâce à une insurrection armée qui l’oppose à Rafael Ángel Calderón Guardia, un ancien président (1940-1944) qui tentait de reprendre le pouvoir grâce à des élections frauduleuses et, finalement, à la violence. Quelque 2 000 personnes sont mortes pendant le soulèvement de 44 jours, et il a été soutenu que Figueres avait aboli l’armée afin d’éviter un futur coup d’État militaire potentiel contre lui. Aujourd’hui, le Costa Rica, considéré par certains, peut-être naïvement, comme la « Suisse » d’Amérique latine, accueille la Cour interaméricaine des droits de l’homme et l’Université pour la paix des Nations Unies, et est membre d’autres organisations liées à la justice internationale et aux droits de l’homme, y compris le Cour pénale internationale.

L’équipement et l’organisation des forces de police du Costa Rica

Même s’il ne possède pas d’armée permanente, le Costa Rica dispose de forces de sécurité étendues destinées à s’attaquer aux questions internes de la loi et de l’ordre. Avec une population d’environ 4,5 millions d’habitants, le pays dispose d’une force de police d’environ 10 000 officiers, ainsi que d’une garde civile composée de 4 500 soldats. Comparé aux autres unités de police d’Amérique centrale, l’établissement de police du Costa Rica semble être assez bien équipé et formé. Cependant, cette comparaison pourrait être quelque peu trompeuse, car la police du Costa Rica aurait une formation insuffisante, une pénurie de militaires et un manque de ressources (y compris les véhicules, les armes, etc.).

A voir aussi : Comment travaillez-vous aux Nations Unies ?

Sans force militaire officielle, le Costa Rica n’avait pas besoin d’investir régulièrement dans des navires navals, des avions de guerre ou des chars, qui constituent généralement l’équipement lourd de tout les forces armées traditionnelles. Par conséquent, en théorie, le pays pourrait concentrer ses ressources financières sur le développement de la meilleure force de police possible pour maintenir l’ordre interne, au coût le plus bas. En fait, au début de 2008, comme l’a rapporté l’agence de presse espagnole de défense InfoDefensa.com, la société espagnole FEDUR S.A., s’est vu attribuer un contrat du ministère de la Sécurité du Costa Rica pour fournir de nouveaux équipements aux forces de police du pays. La facture totale de la mise à niveau s’élevait à près de 2,1 millions d’euros (près de 3 millions de dollars). Le contrat comprenait 5 000 gilets pare-balles, 10 000 bâtons de police, 1 000 casques et 1 000 boucliers. Cependant, d’autres acquisitions sont cruellement nécessaires. Selon un rapport publié en avril 2011 dans The Economist, le pays ne dispose que de deux hélicoptères, et la Garde côtière ne dispose que d’une douzaine de patrouilleurs de l’époque de la Seconde Guerre mondiale pour surveiller les deux côtes du Costa Rica. Dans un entretien avec le COHA, M. Kevin Casas – Zamora, ancien vice-président du Costa Rica et maintenant senior fellow à la Brookings Institution, explique que le pays n’a pas dépensé suffisamment de ses ressources à la sécurité depuis quarante ans.

Cependant, San José a déployé des efforts pour améliorer la formation de ses forces de police. Par exemple, en novembre 2010, après le 12e Sommet des chefs d’État et de gouvernement du mécanisme de dialogue et d’accord de Tuxtla, le Costa Rica et la Colombie ont signé un accord par lequel les autorités colombiennes allaient former et conseiller la police costaricienne afin d’améliorer sa capacité de lutte contre la drogue. trafic. La présidente costaricienne Laura Chinchilla a insisté sur le fait que la police n’était pas militarisée. Elle a souligné à la presse que « la police colombienne est une police civile ; nous ne demandons pas d’aide à l’armée colombienne, ni à aucune armée centrale américaine ». En outre, le pays dispose d’une unité spéciale de police d’élite connue sous le nom d’Unidad Especial de Intervencion (Special Forces Unit).

En mars 2011, le président Chinchilla a annoncé la création d’une unité spéciale des gardes-frontières. Plusieurs rapports, dont un article paru dans le quotidien nicaraguayen El Nuevo Diario, indiquent que les gardes d’élite seraient financés par 1 million de dollars et seraient bientôt équipés de fusils automatiques. La première unité sera composée de 150 policiers et sera déployée le long des frontières du pays avec le Panama et le Nicaragua. Dans des déclarations faites aux médias, José María Tijerino, ancien ministre de la Sécurité publique, a expliqué que les gardes d’élite recevront 18 véhicules « pick-up », des hors-bord, du matériel de communication et d’autres gadgets de haute technologie.

En ce qui concerne les développements politiques, en février dernier, le président Chinchilla et les chefs de la magistrature et de la législature du pays se sont mis d’accord sur un plan décennal pour lutter contre la criminalité interne au Costa Rica. Le plan lui-même a été créé par le Programme des Nations Unies pour le développement et d’autres experts. Selon les rapports, l’objectif est d’améliorer la formation des forces de police et la création de nouveaux établissements pénitentiaires. Les partis d’opposition ont critiqué le plan, affirmant qu’il offre des objectifs généralisés plutôt que des solutions concrètes. On craint également que, pour atteindre ces objectifs, le législateur devra approuver de nouvelles taxes. Dans le cadre de sa stratégie, le gouvernement costaricain a créé le poste de tsar de la drogue (Comisionado Nacional Antidrogas) et nommé l’avocat Mauricio Boraschi comme nouveau chef.

Malgré les améliorations apportées à la formation et à l’équipement, d’autres problèmes n’ont pas encore été résolus, notamment la corruption policière, les violations présumées des droits humains et les bas salaires des policiers. En 2008, 11 agents de la ville d’Heredia ont été arrêtés pour trafic de drogue. À l’époque, les médias locaux expliquaient que le salaire d’un agent de police national était d’environ 328 USD par mois, un salaire modeste qui à peine permet de maintenir une famille, mais ne suffit pas à protéger un officier de la tentation d’accepter éventuellement des pots-de-vin. En outre, en 2009, des accusations ont également été portées selon lesquelles des membres de la Dirección de Inteligencia y Seguridad (Direction du renseignement et de la sécurité — DIS), l’unité de renseignement de la police, avaient espionné des groupes politiques antigouvernementaux.

Le dernier développement concernant la situation sécuritaire du Costa Rica a été l’approbation, mi-mai, d’un prêt de 132 millions de dollars de la Banque interaméricaine de développement pour améliorer la sécurité du pays. Selon un rapport du journaliste de l’Associated Press Luis Alfonso Lugo, l’objectif du prêt est de construire 2 700 cellules dans les prisons costariciennes et d’embaucher de nouveaux employés pour l’académie nationale de police.

La police costaricienne : mieux que ses voisins

Cela dit, le Costa Rica Fuerza Publica, est perçue comme étant mieux formée et équipée que les forces de police d’autres États d’Amérique centrale. Dans une interview accordée au COHA, le Dr John Booth, professeur régent à l’Université du Texas du Nord, a déclaré que « je préfère être arrêté au Costa Rica qu’ailleurs en Amérique centrale parce que le climat général des droits humains est bien meilleur — il y a moins d’abus de la part de la Fuerza Publica ». L’ancien vice-président Casas-Zamora estime que, malgré la mauvaise image que peuvent connaître les forces de sécurité costariciennes, elles ne sont pas perçues comme une menace par la population locale ; « elles ne sont pas considérées comme une police prédatrice », a-t-il expliqué au COHA.

Les autres forces de police latino-américaines ne jouissent pas d’une telle perception positive. Le Salvador, par exemple, a mené une répression majeure contre les gangs dans le cadre d’une opération connue sous le nom de Mano Dura (Main forte), largement condamnée par les organisations de défense des droits humains comme étant trop violente et inefficace. La police guatémaltèque souffre également d’une mauvaise réputation, en particulier après l’arrestation en mars 2010 du chef de la police nationale et du plus haut responsable antidrogue du pays (Baltazar Gomez et Nelly Bonilla), en mars 2010 pour trafic de drogue.

Les États-Unis offrent un soutien au Costa Rica

L’armée américaine s’est récemment intéressée vivement à la guerre contre la drogue du Costa Rica. En juillet 2010, une flotte de navires de guerre américains et 7 000 militaires sont arrivés au Costa Rica. Le déploiement naval américain comprenait le transporteur USS Making Island, plusieurs frégates, sous-marins et un navire hospitalier. Des partis d’opposition costaricains comme le Partido Acción Ciudadana (PAC), Unidad Social Cristiana et le Front Amplio se sont opposés à l’escale portuaire, déclarant que « la force destructrice des navires, des hélicoptères et des marines est disproportionnée par rapport à la lutte contre le trafic de drogue ». L’administration Chinchilla a rapidement répondu que le Les forces américaines ne seraient pas déployées en permanence sur le territoire costaricien ou ne participeraient pas à des opérations de sécurité au-delà du maintien de l’ordre traditionnel. Toutefois, il convient de mentionner que les relations étroites entre Washington et San José ont suscité des critiques. En septembre 2010, le président bolivien Evo Morales a déclaré que le Costa Rica dispose en fait d’une armée, faisant référence à l’armée américaine. Le président andin a fini par présenter des excuses et s’est rétracté sur ses propos.

En fait, Anne S. Andrew, ambassadrice des États-Unis au Costa Rica, a demandé que la législature costaricaine autorise les navires de guerre américains à effectuer un escale portuaire. Jusqu’à présent, l’organe législatif local n’a autorisé que les navires de la Garde côtière américaine à accoster dans les ports costaricains. Juan Carlos Mendoza, député de l’opposition pour le PAC, a déclaré que son parti s’oppose à l’accostage des navires de guerre navals américains parce que « on ne sait pas quels autres objectifs militaires stratégiques ils ont, outre la lutte contre le trafic de drogue ». En commentaires reproduits par InfoDefensa.com, Paul Trivelli, consultant pour SOUTHCOM, a déclaré que le Pentagone souhaite réparer les patrouilleurs costaricains afin qu’ils puissent être utilisés dans des opérations de trafic de drogue. Trivelli a déclaré : « Il faut tenir compte du fait que les trafiquants de drogue paient maintenant avec de la cocaïne et créent des problèmes dans de nombreux pays. Les cartels colombiens et mexicains de la drogue sont là et ils doivent être combattus en tant que partenaires du Costa Rica. » San José a signé un accord de défense avec les États-Unis en 1999, mais de nombreuses factions de l’opposition aimeraient qu’il soit annulé.

Problèmes de sécurité interne

Aujourd’hui, la police costaricienne est confrontée à plusieurs dilemmes difficiles. En raison de sa situation géographique, le pays fait partie d’un corridor de transit (par voie terrestre, aérienne et maritime) de drogues venant d’Amérique du Sud vers l’Amérique du Nord et, plus indirectement, vers l’Europe. En outre, un article publié en avril 2011 par le journaliste Tim Rogers explique qu’une industrie touristique en plein essor et l’immigration des Américains et des Européens ont accru la demande de médicaments des consommateurs locaux. De plus, on s’inquiète de plus en plus de la présence de cartels mexicains et même de la possibilité que les FARC colombiennes (Fuerzas Armadas Revolucionarias de Colombia) opèrent dans le pays, qui en fait était déjà présent dans le pays dans les années 1990.

L’édition du 21 décembre 2010 du très réputé bulletin électronique Southern Pulse cite un représentant de la Drug Enforcement Agency (DEA) des États-Unis, Phillip Springer, qui confirme que le cartel mexicain de Sinaloa avait établi un contrôle sur le trafic de drogue au Costa Rica. Springer a également prédit que d’autres organisations développeraient leurs réseaux dans le pays en raison de l’absence d’une armée permanente au Costa Rica et de sa force de police inférieure à la moyenne. Pour les Costaricains, la principale crainte est que d’autres groupes comme le cartel Zetas essaient d’entrer dans leur pays. et entamer une guerre de gazon avec le cartel de Sinaloa, provoquant des niveaux importants de violence intercartel. Cela s’est déjà produit au Guatemala et la crainte est que la situation se répète plus au sud.

Au cours des derniers mois, il y a eu de nombreux indices d’une présence croissante d’organisations criminelles transnationales dans le pays d’Amérique centrale. La publication quotidienne précise, Latin News, indique que les forces de sécurité costariciennes ont effectué plusieurs raids majeurs fin février 2011 à Alajuela, Cartago et San José. Trois citoyens mexicains ont été arrêtés et jusqu’à 319 kilogrammes de cocaïne ont été saisis. Les responsables costaricains estiment que les trois étrangers sont membres du cartel de Sinaloa. Toujours en février 2011, la police locale a découvert les corps d’un couple connu pour être des trafiquants de drogue dans le quartier d’El Progreso, dans le port de Puntarenas, dans le Pacifique. On pense qu’ils ont été tués à cause d’une dette envers leur Mexicain. patrons.

Les experts de la sécurité expliquent que le flux de drogues fonctionne partiellement comme ceci : les médicaments sont originaires du Panama, remontent la route panaméricaine à travers le Costa Rica et entrent au Nicaragua par un certain nombre de passages à niveau éloignés. De plus, le port de Puntarenas est devenu une étape majeure pour les expéditions de drogue par mer.

Sécurité extérieure : le différend frontalier avec Managua

Le conflit frontalier entre le Costa Rica et le Nicaragua, dans un sens, dure depuis plus d’un siècle, bien que le conflit actuel ait éclaté en octobre 2010 lorsque les travailleurs nicaraguayens ont commencé une opération de dragage dans la rive de la rivière San Juan. Cela a entraîné l’inondation du territoire costaricain, qui a effectivement déplacé la frontière entre les mains de Managua. En outre, plusieurs troupes nicaraguayennes (apparemment moins de deux douzaines) ont été stationnées sur un tronçon étroit de la terre contestée près de l’île Calero, dont la propriété est également contestée. Pendant ce temps, San José a envoyé sa police à la frontière et a soulevé des protestations auprès de l’Organisation des États américains (OEA) ainsi qu’à la Cour internationale de Justice (CIJ) à La Haye. En tant que demandeur, le Costa Rica dispose d’un délai du 5 décembre pour présenter ses arguments à la CIJ, tandis que le Nicaragua aura jusqu’au 6 août 2012 pour présenter ses contre-arguments.

Un peu ironiquement, le gouvernement nicaraguayen a profité de Google Maps errant pour justifier sa modification de la frontière contestée. Tout en utilisant les données du département d’État américain pour sa cartographie mondiale, le géant de l’Internet a transféré par erreur 2,7 km de territoire costaricien vers la juridiction nicaraguayenne. En novembre 2010, Google s’est excusé pour les projections cartographiques incorrectes et a depuis corrigé l’erreur initiale. Néanmoins, début février 2011, l’Institut nicaraguayen d’études territoriales a publié une nouvelle carte « officielle » du pays, les limites du territoire contesté reflétant ses propres intérêts cartographiques.

Au début du mois de mars, dans une décision préjudicielle, les juges de la CIJ ont décidé qu’aucun des pays ne devrait envoyer du personnel militaire ou civil dans la zone contestée jusqu’à ce que la CIJ ne se prononce définitivement sur qui est compétent. Cependant, il a permis au Costa Rica d’envoyer du personnel civil pour « protéger l’environnement ». Chaque pays a revendiqué la décision intérimaire comme une victoire diplomatique. Bien que le Costa Rica reste réticent à renoncer à n’importe quel territoire, la présidente Chinchilla s’est déclarée prête à « normaliser » les relations avec le Nicaragua. Pendant ce temps, le président Ortega a déclaré que la résolution est positive et qu’il n’y a aucun sentiment de rancune envers l’État voisin. La résolution, du point de vue du Nicaragua, signifie qu’il peut continuer à détourner une partie de l’eau de la rivière San Juan. Néanmoins, la présence de troupes nicaraguayennes sur le sol contesté demeure un problème, car le Costa Rica continue d’exiger que le Nicaragua retire ses troupes. Dans le même temps, Managua soutient que ses militaires sont là pour lutter contre le trafic de drogue et le crime organisé. Les deux pays semblent vouloir normaliser leurs relations, mais aucun des deux ne semble disposé à céder aux exigences de l’autre.

Au début du mois de mai, des délégations des deux pays se sont réunies à La Antigua Guatemala, au Guatemala, pour discuter de la coopération policière interétatique et de la façon de lutter contre le trafic de drogue au-delà de leurs frontières. Comme le rapporte The Costa Rican News, le protocole convenu permet aux bateaux de la police costaricienne de franchir la frontière maritime tout en poursuivant des navires chargés de drogue sans porter atteinte à la souveraineté nicaraguayenne, et vice versa. L’accord stipule que les forces de police de chaque côté devraient aviser l’autre côté des poursuites à travers leur frontière commune. Ces réunions et accords sont des mesures positives.

Ce n’est pas tous les développements car une solution pacifique a toutefois été positive. Début avril, le Nicaragua a refusé à une commission internationale de l’environnement (qui fait partie du Secretaria de la Convención sobre Humedales — Secrétariat de la Convention sur les zones humides) d’évaluer les dommages environnementaux potentiels résultant du dragage nicaraguayen. Comme indiqué précédemment, la décision de la CIJ indiquait que le Costa Rica pourrait accéder à la zone contestée s’il fournissait une notification à Managua. Le Nicaragua a soutenu que le Costa Rica n’a demandé l’autorisation que deux jours à l’avance et n’a pas suffisamment expliqué les raisons de la mission. Pendant ce temps, au Costa Rica, le parti d’opposition du PAC s’est plaint au président Chinchilla des déclarations de l’ancien ministre costaricain Tijerino, qui ont insinué que le Nicaragua pourrait recourir à la pose de mines le long de sa délimitation stratégique et utiliser ses forces aériennes pour plus efficacement. sécuriser le territoire contesté. De tels commentaires ne se sont pas bien passé avec certains costaricains. politiques, car ils n’ont pas aidé à améliorer les relations entre les deux pays.

Fin janvier, les résultats d’un sondage CID-Gallup ont montré que les Costariciens étaient plus inquiets de l’incident que les citoyens du Nicaragua. Selon InsideCostarica.com, 91 % des Nicaraguayens estiment que le conflit ne dépassait que des limites frontalières peu claires, tandis que 73 % des Costaricains étaient convaincus que leur voisin voulait envahir le pays. Il est intéressant de noter que la plupart des Nicaraguayens pensent que le Costa Rica dispose d’une armée et qu’il pourrait envahir leur pays, même si les forces de sécurité « tico » manquent d’avions de guerre, de chars ou de navires navals pour être un ennemi digne.

Une perspective régionale

Le Costa Rica tente de faire face à plusieurs problèmes de sécurité intérieure en plus des tensions croissantes avec le Nicaragua voisin. Il est important de considérer qu’un un État qui n’a pas de militaire est par nature non violent. En termes simples, il est difficile de considérer le pays comme agressif, étant donné son manque d’arsenal traditionnel ou d’armement et de personnel qualifié. Si le différend frontalier entre le Costa Rica et le Nicaragua s’intensifiait (ce qui est considéré comme hautement improbable par la plupart des experts), il pourrait être difficile pour le président nicaraguayen Ortega de ne pas apparaître comme un agresseur ; considérant qu’il a une armée debout relativement professionnelle derrière sa rhétorique. En décembre 2010, le président Chinchilla a déclaré que « je tiens à rappeler à ‘esos señores del norte’ (les messieurs du Nord) que seuls les « cobardes » (lâches) sont courageux contre les sans défense ».

Un avocat costaricain interviewé par le COHA a expliqué que le diferendum costaricano-nicaraguayen est très ancien et qu’il est confiant qu’il n’y a aucunement de perspectives réalistes d’une confrontation violente entre les deux pays. Il a expliqué que le le conflit frontalier est historique et les deux parties savent déjà quel langage diplomatique utiliser sans qu’il affecte les relations interétatiques globales. Cela est particulièrement vrai pour le président nicaraguayen Ortega qui est en cours de réélection et semble utiliser la question avec le Costa Rica pour rallier son soutien et détourner l’attention de certaines de ses politiques intérieures impopulaires. Le Dr Booth a expliqué au COHA que « le pays qui a le plus menacé le Costa Rica dans le passé est, en fait, le Nicaragua, mais les incidents survenus en 1948, 1953, et encore une fois pendant l’insurrection nicaraguayenne en 1978-1979, alors que Somoza était encore au pouvoir ». Jusqu’à présent, malgré toutes les tensions de 2010 et la présence de troupes nicaraguayennes sur le territoire contesté, tous les experts interrogés par le COHA ont convenu que la situation actuelle sera résolue diplomatiquement.

L’avocat costaricain a conclu en expliquant que la guerre en Irak montrait que, dans les temps modernes, même une puissance mondiale doit fournir le communauté internationale justifiant d’entrer en guerre avec un autre pays. En tout état de cause, rien ne justifie que le Nicaragua envahisse un État sans armée. En supprimant son armée et en jouant un rôle international pacifiste, San José dispose presque d’une stratégie de sécurité nationale à l’épreuve des balles.

Conclusions

La synchronisation de la personnalité pacifique du pays avec sa diplomatie prétendument « amicale » contribue à dépeindre le Costa Rica comme l’un des pays les moins susceptibles d’agir agressivement envers un autre État voisin. Il est certain que les forces de sécurité costariciennes avec leurs armements actuels et leurs arrangements d’entraînement ne peuvent pas être considérés comme une armée. Jusqu’à présent, l’État d’Amérique centrale n’a pas envisagé de rétablir son armée, bien que la création de ses gardes-frontières spéciaux suggère que San José reconnaît que des forces de sécurité supplémentaires hautement entraînées peuvent être une nécessité. Bien qu’une remilitarisation ne soit généralement pas souhaitée, il est clair que la police, les gardes-frontières et les autres services de sécurité de cet État démilitarisé ont leur travail à leur place.

Costa Rica : Une nation pacifique dans une région qui a besoin de solutions pacifiques

Votre article intitulé « Costa Rica : une nation sans armée dans une région sujette aux problèmes » par Alex Sanchez, chercheur du COHA, encourage essentiellement la remilitarisation du Costa Rica et préconise une solution armée aux problèmes régionaux. Bien que ce soit il est clair que les problèmes en Amérique centrale n’ont pas été entièrement résolus depuis le dernier temps, les États-Unis ont préconisé une solution militaire à l’Amérique centrale problèmes — sans doute la guerre contre la drogue dans la région a même aggravé la situation depuis les années 1980… le fait que le COHA encourage une solution armée aux problèmes régionaux est consternant. Il ressort clairement de l’expérience mexicaine qu’une réponse armée à la drogue régionale le problème est inadéquat et ne fait qu’exacerber les problèmes existants. En fait, ce n’est pas clair. si Sanchez prône la remilitarisation du Costa Rica, l’expansion d’un U.S. une présence militaire dans le pays ou un réarmement massif de la police nationale. N’importe quel de ces recommandations, provenant d’un groupe de réflexion américain si respecté pour la région comme COHA — rappellent le langage utilisé par le gouvernement des États-Unis. pendant la guerre d’Amérique centrale dans les années 80.

Les moques d’Alex Sanchez du « personnage pacifique » du Costa Rica sapent l’importance de l’histoire d’avant-garde du pays. Le Costa Rica est devenu le centre le plus développé Pays américain et c’est principalement en raison de l’abolition de ses forces militaires et de la la réorientation de ces fonds vers l’éducation, la santé, la protection de l’environnement et infrastructure. En 1869, les dirigeants du Costa Rica ont reconnu l’importance de l’éducation et c’est l’un des premiers pays où l’enseignement primaire est devenu constitutionnel. obligatoire et financé par des fonds publics. Pour faire de la marque pacifique et institutionnalisée du Costa Rica approche de la résolution des conflits et des relations internationales comme « prétendument amicale diplomatie » qui « aide à dépeindre le Costa Rica comme l’un des pays les moins susceptibles d’agir agressivement envers un autre État voisin », c’est ignorer les faits de l’histoire et sapent la culture de la paix que le Costa Rica pratique et qui est si urgente partout dans le le monde aujourd’hui.

En outre, la conclusion selon laquelle le Costa Rica devrait « développer une capacité de défense plus forte pour s’attaquer aux problèmes croissants liés à la sécurité » en raison du « différend frontalier actuel avec un état qui possède une position militaire relativement forte » est une déclaration assez audacieuse pour le COHA. à faire. Le différend frontalier avec le Nicaragua décrit dans le rapport de Sanchez, ainsi que le la situation de la criminalité interne et la guerre contre la drogue sont autant de problèmes que le gouvernement du Costa Rica doit trouver des moyens de gérer. Cependant, suggérer que pour trouver une solution à ce problème conflit frontalier avec le Nicaragua, le Costa Rica doit concurrencer l’armée de son voisin la force est absurde.

Une solution militaire n’a jamais été la prérogative du Costa Rica et elle a une solide histoire. de créer un précédent dans la communauté internationale pour envisager d’autres voies aux conflits armés. En effet, dans le cas du différend frontalier nicaraguayen, le Costa Rica a choisi d’abord pour trouver une solution pacifique au sein de l’Organisation des États américains et la Cour internationale de Justice. Dans le même temps, le président Chinchilla a appelé Costaricains à s’abstenir de offenser ou harceler les 500 000 Nicaraguayens (12,5 % des la population costaricienne), environ 90 % d’entre eux vivent et travaillent illégalement au Costa Rica.

Qualifier l’approche du Costa Rica en matière de résolution des conflits comme « prétendument amicale » et de

suggèrent que le pays se « dépeint » comme une nation pacifique est insultant. À la place, Le COHA doit respecter la réputation et l’histoire du Costa Rica et du Costa Rica l’identifier et l’utiliser comme exemple pour d’autres pays moins développés de la région en tant que manifestation d’une nation capable de résoudre des problèmes sans se saisir immédiatement d’un solution militaire. Le COHA devrait d’abord et avant tout se pencher sur ce qui est pacifique des institutions des solutions pourraient être trouvées pour ce conflit frontalier et d’autres problèmes auxquels le Costa Rica est confronté aujourd’hui, au lieu de préconiser une course aux armements.

Il semble que le COHA ait été influencé par les rares extrême-droite particuliers au Costa Rica qui veulent utiliser la situation actuelle avec le Nicaragua pour relancer leur l’objectif de longue date de rétablir les forces militaires dans le pays, ou il a développé un stratégie pour soutenir le département d’État américain et les bureaucrates du Pentagone dans le lobbying Costa Le Rica va accepter les forces militaires américaines pour lutter contre le trafic de drogue, militariser le Costa Rica police en formant clandestinement le personnel de police dans des bases militaires et en essayant de mettre en place une base d’entraînement militaire au Costa Rica.

ARTICLES LIÉS