Qui a découvert le Cap de Bonne-Espérance ?

Situé sur la côte atlantique de la péninsule du Cap en Afrique du Sud, le Cap de Bonne-Espérance est un promontoire rocheux connu pour ses paysages magnifiques. Nous nous sommes rendus au cours de nos voyages en Afrique du Sud et nous avons adoré !

Si vous voulez en savoir plus sur l’histoire du Cap de Bonne-Espérance, lisez la suite.

Lire également : Pourquoi Cape Horn est-il dangereux ?

Qui a découvert le Cap de Bonne-Espérance ?

On pense que Bartolomeu Dias (vers 1450-1500) a découvert le Cap de Bonne-Espérance. Navigateur portugais, il a repéré la cape pour la première fois en 1488. Il retournait au Portugal à l’époque, après avoir entrepris un voyage pour déterminer les limites méridionales du continent africain.

A lire également : Quel est le meilleur endroit pour un safari ?

Apparemment à l’époque, Dias l’appelait Cape of Storms. En espagnol, c’est « Cabo Torementoso ». On ne sait pas grand-chose de Dias lui-même — on dit qu’il est descendu du pilote du prince Henry le Navigator, bien que cela ne soit pas entièrement prouvé. Il était écuyer dans la maison royale, ce qui est assez modeste. rôle.

La découverte du Cap de Bonne-Espérance est finalement née du fait que le prince Jean, fils du roi Afonso V. John, supervisait le commerce du Portugal avec la Guinée et explorait la côte ouest de l’Afrique. Il voulait fermer la zone à la navigation étrangère, alors quand il a accédé en 1481, il a commandé de nouveaux voyages.

Dias s’est vu confier l’un de ces voyages : trouver la limite sud de l’Afrique. Son navire s’appelait São Cristóvão. Avec lui se trouvaient quelques pilotes de premier plan de l’époque ainsi que son associé João Infante et le frère de Dias Pêro. On raconte que Dias est parti en août 1487, repérant le Cap de Bonne-Espérance (ou le Cap des Tempêtes, comme il l’appelait) lors de son voyage vers le retour à la fin de 1488. Dias est mort en mer en 1500.

Renommer la cape

Jean II du Portugal, le même Jean qui supervisait le commerce du pays avec la Guinée, a rebaptisé la cape. Il a choisi le nom que nous connaissons aujourd’hui : le Cap de Bonne-Espérance. Le Le terme espagnol est « Cabo da Boa Esperanca ». Il a choisi le nom parce que sa découverte était « un bon homme » que l’Indien pouvait être atteint par la mer depuis l’Europe.

Connu par certains sous le nom de Le Prince Perfect, Jean II est né en 1455 et est mort en 1495. Il a été roi de 1481 jusqu’à sa mort, et est largement considéré comme l’une des plus grandes règles que le Portugal ait jamais eues.

Histoire alternative du Cap de Bonne-Espérance

Bien sûr, il se peut qu’il y ait eu d’autres découvertes avant la découverte européenne documentée. Certaines sources affirment que des explorateurs chinois, arabes ou indiens ont peut-être déjà visité la région. Des cartes de l’Ancien Monde telles que Kangnido et Fra Mauro (réalisées avant 1488) peuvent en témoigner.

Le Kangnido est en fait une abréviation du Honil Gangni Yeokdae Gukdo Ji Do. Cela se traduit par « Carte des terres intégrées et des régions des pays et des capitales historiques ». C’est a été produite en Corée et est une carte du monde réalisée par Yi Hoe et Kwon Kun. Il date de 1402. Les copies existantes ont toutes des révisions ultérieures incluses, de sorte que la version originale de la carte est incertaine. Cependant, le Kangnido est considéré comme l’un des éléments historiques les plus importants lorsqu’il s’agit de reconstruire la carte de la Chine du XIVe siècle.

La carte Fra Mauro est également une carte du monde. Il a été produit en Italie en 1450, par le cartographe Fra Mauro. Sa création a marqué la fin de la géographie basée sur la Bible en Europe, avec un changement vers une façon plus scientifique de créer des cartes. À l’époque, c’était la représentation la plus précise du monde qui ait jamais été faite.

Il y avait également des cueilleurs de chasseurs de l’âge de pierre présents dans la région du Cap occidental vers 100 000 av. J.-C. Ils ont survécu à l’âge glaciaire et, selon la découverte de fossiles, vers 8 000 av. J.-C., ils avaient développé des arcs et des flèches. Environ 2 000 tribus originaires de l’intérieur des terres auraient prétendument a amené des agriculteurs qualifiés dans la région, de sorte que les habitants actuels ont commencé à cultiver des cultures.

Visiter le Cap de Bonne-Espérance

Le Cap de Bonne-Espérance est l’un des plus beaux endroits du monde. Il a une beauté naturelle qui rivalise avec de nombreuses autres régions et peut souvent paraître assez dramatique en raison du climat sauvage et imprévisible. Il est souvent nuageux et venteux au Cap de Bonne-Espérance, mais l’aperçu occasionnel de soleil étincelant et de ciel bleu pâle compense en offrant un paysage qui n’aurait pas l’air hors de propos dans une galerie d’art.

Vous pouvez monter jusqu’au phare pour profiter des plus belles vues. Il existe trois itinéraires différents pour ce faire : le long de la côte elle-même, depuis le parking ou via le funiculaire Flying Dutchman.

Le Cap de Bonne-Espérance se trouve à seulement 70 km du Cap. Il y a environ une heure et une heure de route en voiture. Nous avons décidé de rompre le voyage en en le combinant avec un voyage à Boulders Beach pour voir les pingouins africains. Vous pouvez également admirer des paysages encore plus époustouflants en route en passant par Chapman’s Peak et Nordhoek.

Des frais sont facturés lors de la visite du Cap de Bonne-Espérance, car il s’agit d’une section du parc national de la Montagne de la Table et donc gérée par SanParks. Les coûts sont les suivants :

Frais pour les visiteurs internationaux

Adultes (12 ans et plus) : 303 R$ par jour

Enfants âgés de 2 à 11 ans : 152 R$ par jour

Frais pour les ressortissants de la SADC (avec passeport)

Adultes (12 ans et plus) : 152 R$ par jour

Enfants âgés de 2 à 11 ans : 76 R$ par jour

Frais pour les citoyens et résidents sud-africains (avec pièce d’identité)

Adultes (12 ans et plus) : 76 R$ par jour

Enfants âgés de 2 à 11 ans : 39 R$ par jour

Vous pouvez aussi voir des babouins au Cap de Bonne-Espérance, et apparemment ils sont assez confiants. Il existe également de nombreuses variétés d’oiseaux dans la région, comme ainsi que des sauterelles, des autruches et même des baleines.

ARTICLES LIÉS