Quel est le style architectural du château de Versailles ?

L’architecture baroque française, parfois appelée classicisme français, était un style d’architecture sous les règnes de Louis XIII (1610-1643), Louis XIV (1643—1715) et Louis XV (1715-1774). Il a été précédé des styles Renaissance et maniérisme français, et a été suivi dans la seconde moitié du XVIIIe siècle par le néo-classicisme. Le style était à l’origine inspiré du style baroque italien, mais, en particulier sous Louis XIV, il a mis davantage l’accent sur la régularité, l’ordre colossal des façades et l’utilisation de colonnades et de coupoles, pour symboliser la puissance et la grandeur du Roi. Parmi les exemples remarquables de ce style, citons le Grand Trianon du château de Versailles et le dôme des Invalides à Paris. Dans les dernières années de Louis XIV et sous le règne de Louis XV, le style est devenu plus léger, les ordres colossaux ont progressivement disparu et le style est devenu plus léger, et a vu l’introduction de la décoration en fer forgé dans les dessins rocaille. La période a également été marquée par l’introduction de monumentales urbaines. places à Paris et dans d’autres villes, notamment la place Vendôme et la place de la Concorde. Le style a profondément influencé l’architecture laïque du XVIIIe siècle dans toute l’Europe ; le château de Versailles et le jardin formel français ont été copiés par d’autres tribunaux de toute l’Europe.

Baroque français précoce Le baroque français, dès le début, était l’expression de la puissance et de la majesté des rois de France. Il a délibérément évolué dans une direction différente de celle de l’Italie et du reste de l’Europe, combinant des éléments classiques, en particulier des ordres colossaux de colonnes, et évitant la décoration exubérante qui apparaît sur les façades et les intérieurs en Espagne, en Allemagne et en Europe centrale. Il était moins souvent utilisé dans les églises, et plus souvent dans la conception de palais royaux et de résidences de campagne. Un autre élément distinctif du style baroque français a été l’intégration de l’architecture de la maison avec les jardins formels qui l’entourent, dans ce que l’on appelle le jardin formel français.

A lire en complément : Où peut-on voyager avec un document de voyage ?

Salomon de Brosse (1571-1626) fut l’un des premiers architectes français à adopter le style, dans la construction du Palais du Luxembourg qu’il a construit pour la mère de Louis XIII, Marie de Médicis entre 1615 et 1624. Le Palais du Luxembourg a créé un nouveau modèle pour les résidences royales, avec des pavillons aux coins, des ailes latérales et une grande entrée centrale surmontée d’une coupole. Les murs présentent des ordres colossaux de colonnes à frontons triangulaires, ce qui indique l’inspiration classique derrière le mouvement français. Une caractéristique française traditionnelle était le toit mansardé en pente haute et la ligne de toit complexe. Comme les palais des Médicis à Rome, le palais était entouré d’un grand jardin et de fontaines. Le design intérieur était également innovant ; les pavillons autour du bloc principal contenaient les appartements, ce qui permettait une plus grande flexibilité et fonctionnalité de l’espace intérieur.

L’un des formulateurs les plus accomplis du nouveau style était François Mansart, un perfectionniste infatigable. souvent crédité d’avoir introduit le baroque complet en France. Il n’a pas été le premier à utiliser le toit en pente Mansart, mais il l’a utilisé si efficacement qu’il a pris son nom. Dans son design pour le Château de Maisons de Maisons-Laffitte (1630-1651), Mansart montre la continuité entre le style Renaissance française et le nouveau style. La structure est strictement symétrique, avec un ordre appliqué à chaque histoire, principalement sous forme de pilastre. Le frontispice, couronné d’un toit aggrandi séparé, est imprégné d’une plasticité remarquable et l’ensemble se lit comme un ensemble tridimensionnel. Les structures de Mansart sont dépouillées d’effets décoratifs survolés, typiques de la Rome contemporaine. L’influence baroque italienne est muette et reléguée dans le domaine de l’ornementation décorative.

Lire également : Quel est le pays le plus dangereux d'Amérique latine ?

Louis Le Vau était une autre figure centrale du style baroque français. Il a conçu le château de Vaux-le-Vicomte (1656-1661) pour Nicolas Fouquet, le surintendant des finances du jeune Louis XIV, Le le design du château lui-même était similaire à celui du palais du Luxembourg et du Palazzo Barberini de Rome. Ce qui l’a distingué des styles antérieurs, c’est l’unité de son architecture, de son intérieur et de son paysage qui l’entoure. Sa façade arborait des colonnes monumentales stylisées, des ailes combinées à des toits en mansarde et un dôme proéminent, de style baroque. L’intérieur était somptueusement décoré de peintures murales par Le Brun ; il était placé au centre d’énormes jardins formels conçus par André Le Notre, disposés en chemins géométriques, parterres de fleurs, fontaines et piscines réfléchissantes, ce qui semblait étendre l’architecture de la maison dans toutes les directions. Le grand salon du bâtiment s’ouvre sur le jardin, une caractéristique qui est devenue par la suite une caractéristique habituelle des palais baroques. Après avoir vu la somptuosité de l’édifice, le roi a renvoyé et emprisonné Fouquet, a pris possession de la maison pour la couronne et a rapidement mis Le Vau au travail pour créer son propre palais à Versailles.

Le ces trois artistes ont redimensionné ce concept à des proportions monumentales dans le pavillon de chasse royal et plus tard le château principal de Versailles (1661—1690). À une échelle beaucoup plus grandiose, le palais est une version hypertrophiée et quelque peu répétitive de Vaux-le-Vicomte. C’était à la fois le bâtiment résidentiel le plus grandiose et le plus imité du XVIIe siècle. Mannheim, Nordkirchen et Drottningholm figuraient parmi les nombreuses résidences étrangères pour lesquelles Versailles a fourni un modèle.

Façade du Louvre En 1665, le ministre en chef de Louis XIV, Jean Colbert, a invité à Paris le plus célèbre architecte et sculpteur du baroque italien, Gian Lorenzo Bernini, pour proposer un design pour une nouvelle aile du Louvre, située à l’est de la Cour Carrée Renaissanace, ou cour carrée. Ce design aurait aligné l’architecture de Paris sur le style baroque italien. Cependant, Louis se tourne plutôt vers un architecte français, Claude Perrault (1613-1688), qui avait traduit les œuvres du célèbre romain Théoricien de l’architecture Vitruve en français. Louis voulait un design nettement français, plutôt qu’une copie du style italien. Il a donné la commande à Perrault, qui a construit une nouvelle façade à l’est, ainsi qu’une nouvelle façade au sud de la cour face à la Seine. La nouvelle façade présentait l’ordre colossal, c’est-à-dire une longue rangée de doubles colonnes de deux étages, reposant sur un niveau inférieur massif avec une arcade d’arcs arrondis. Il avait un toit plat dissimulé par une balustrade, avec un fronton triangulaire au centre au-dessus de l’entrée principale. Perrault a également conçu une nouvelle façade pour la cour donnant sur la rivière au sud, une nouvelle façade à l’intérieur de la cour orientée ouest et une nouvelle façade assortie au nord.

Le château de Versailles La vitrine la plus importante du baroque français a été le château de Versailles. Il a été commencé en 1624 par Louis XIII en tant que pavillon de chasse. En 1634, Louis XIII l’a fait agrandir en château par son architecte en chef et ingénieur, Philibert Le Roy. En 1661, Louis XIV décide de l’agrandir davantage, sans détruire l’original. Il a chargé Louis Le Vau et Charles le Brun comme architecte et designer, et a confié à André Le Nôtre la création d’un grand jardin formel pouvant être vu depuis le château, sur le modèle de Vaux-le-Vicomte. À la mort du Vau en 1670, le projet a été donné à Jules Hardouin-Mansart, le neveu de François Mansart.

Le nouveau palais entourait l’ancien château de briques, avec de nouvelles ailes au nord, au sud et à l’arrière. La façade, comme la nouvelle aile du Louvre, comportait des colonnes colossales, tandis que le toit était plat avec une terrasse, décoré de balustrades, de pilastres, de balcons, de statues et de trophées. À partir de 1674-1675, Le Brun crée l’intérieur, y compris la salle la plus célèbre du Palais, la salle des miroirs, qui donne sur le nouveau jardin. Une petite armée de peintres, de sculpteurs et de décorateurs se sont rendus au travail, utilisant du marbre, de la pierre polychrome, du bronze. Miroirs et dorés stuc. Le Brun lui-même a peint le plafond. La salle des miroirs est devenue le symbole de l’ensemble du style baroque français. Le nouveau Palais était ouvert à presque tous les visiteurs et est devenu un immense théâtre où le roi a organisé ses cérémonies, avec un protocole méticuleux, à la vue du public.

Louis a continué à s’ajouter au Palais jusqu’à la fin de son règne. En 1687, Jules Hardouin-Mansart puis Robert de Cotte érige le Grand Trianon, sur le modèle d’un bâtiment italien, le Marble Trianon. Il avait un seul étage, décoré de plâtre et de marbre, avec un toit plat et une balustrade. Le plan était très simple, avec un péristyle flanqué de deux ailes et de deux avant-corps, ou des sections avant les ailes. Sa simplicité et sa pureté ont inspiré des bâtiments de palais similaires à travers l’Europe, de la Prusse à la Russie. Mansart a également complété l’Orangerie du Château (1684-1686) dans un style similaire, entourant un jardin et une piscine formels. Les jardins dessinés par André Le Notre étaient conçu pour compléter l’architecture du palais et exprimer par lui des ruelles géométriques, des piscines, des rangées d’arbres, des parterres de fleurs et des fontaines, la maîtrise du Roi sur la nature.

La dernière pièce du Palais construite dans le style Louis XIV est la chapelle, de Robert de Cotte, achevée en 1710. La pièce a reçu plus d’espace et de lumière grâce à l’utilisation de colonnes classiques plutôt que de piliers massifs, et en plaçant les colonnes de soutien à un niveau supérieur.

Louis XV a continué de s’ajouter au Palais, principalement avec des changements apportés aux pièces intérieures. Sa contribution majeure a été le Petit Trianon, d’Ange-Jacques Gabriel. Son architecture austère est le signe de la transition du baroque français au néoclassicisme.

Architecture religieuse L’architecture des églises au début de la période baroque française a évolué plus lentement ; le style gothique maniériste tardif, illustré par l’église Saint-Étienne-du-Mont de Claude Guérin (1606—1621), demeure le style dominant. Cependant, entre 1690 et 1755 vingt-quatre nouvelles façades d’église ont été construites à Paris. Les concours pour de nouvelles conceptions d’églises, en particulier le Prix de Rome et le concours pour l’agrandissement de Saint-Sulpice et Saint-Eustache à Paris, ont présenté de nombreuses idées originales.

La première façade de l’église française dans le nouveau style baroque est celle de l’église Saint-Gervais-et-St-Protais (1616) de Salomon de Brosse. Il présentait, comme l’église du Jésus à Rome, une façade aux trois ordres de colonnes, dorique, ionique et corinthienne, disposées par étapes l’une au-dessus de l’autre. Une autre variante du nouveau style est apparue dans la principale église jésuite de Paris, l’église Saint-Paul-Saint-Louis, inspirée par l’église jésuite du Gesù à Rome. Conçu par les architectes jésuites Etienne Martellange et François Derand, il y avait deux niveaux, le niveau inférieur à la hauteur des chapelles et un niveau supérieur, avec un deuxième ordre de colonnes, et un fronton au-dessus du portail de l’église. Le niveau supérieur a été soutenu par consoles sous forme S. inversée. La surface de la façade était décorée de statues dans des niches et de renoncements. Le plan intérieur était rectangulaire, avec une grande nef voûtée, flanquée de chapelles.

Les intérieurs de nouvelles églises paroissiales telles que Saint-Sulpice, Saint-Louis-en-l’Île et Saint-Roch ont largement suivi le plan gothique traditionnel de Notre-Dame, bien qu’ils ajoutent des façades et certains autres éléments décoratifs du baroque italien. Saint-Roch (1653-1690), dessiné par Jacques Lemercier, avait un plan gothique mais une décoration colorée de style italien. Pour suivre les conseils du Conseil de Trent pour s’intégrer dans l’architecture de la ville, de nouvelles églises étaient alignées sur la rue plutôt que toujours orientées est-ouest.

Les débuts du Dôme La principale innovation de l’architecture religieuse baroque française a été l’introduction de la coupole ou du dôme au-dessus de la nef centrale, un style importé du baroque italien. Le dôme de l’église du Gesù, Rome (1584) |Église du Gesù]] à Rome, de Giacomo della Porta (1568-1584) a servi de prototypa. La première église parisienne à avoir un dôme a été la chapelle de la façade qui se trouve maintenant dans la cour de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de la rue Bonaparte à Paris. Le dôme suivant, plus grand, a été construit à l’église Saint-Joseph-des-Carmes (1613—1620) dans le même quartier. Un dôme précoce plus grand et encore plus impressionnant a été construit par François Mansart pour l’église Visitation Sainte-Marie (1632—1634).

Un autre dôme innovant a été construit par Jacques Lemercier pour le collège de la Sorbonne, à partir de 1635. Ce design présentait un dôme hémisphérique sur un grand tambour octogonal, le premier de ce type en France, avec quatre petites coupoles dans les angles de la croix grecque au-dessus des deux ordres corinthiens de la façade.

Un dôme beaucoup plus grand et plus haut sur le modèle baroque italien a été initié par François Mansart, puis Jacques Lemercier et complété par Pierre Le Muet pour la chapelle de l’hôpital royal et de l’abbaye du Val-de-Grace (1645-1665). La façade comporte deux niveaux de colonnes et de frontons et un péristyle de colonnes détachées. Le dôme est décoré d’une abondance de voûtes, de côtes, de statues, de contreforts et d’ornements, ce qui en fait le dôme le plus italien des dômes français.

La deuxième partie du XVIIe siècle a vu le début de deux autres dômes importants. La chapelle du Collège des Quatre-Nations (aujourd’hui l’Institut de France de Louis Le Vau et François d’Orbay (1662-1668) a été construite avec un legs du cardinal Mazarin de l’autre côté de la Seine depuis le Louvre, et contient son tombeau. La plus grande du dôme était celle des Invalides, la chapelle de l’hôpital des anciens combattants militaires, construite par Jules Hardouin-Mansart (1677-1706), à la fois comme symbole de charité et de gloire militaire. Le dôme est placé sur une église sous la forme d’une croix de randonnée. Le cube du bâtiment est surmonté d’une colonne cylindrique de deux tambours, ce qui confère au dôme exceptionnel hauteur. Le dôme lui-même est richement décoré de sculptures sur les accessoires ainsi que d’ornements en bronze doré entre les côtes verticales du dôme.

Architecture résidentielle — Hôtel Particulier Le style de bâtiment résidentiel connu sous le nom d’Hôtel Particulier a atteint sa maturité pendant l’ère baroque, en particulier à Paris, où les membres de la noblesse ont construit leurs maisons de ville. Ils ont été définis par Catherinot dans le Traité de l’architecture (1688) comme « Moins beaux que les palais et plus beaux que les simples résidences ». Les premiers Hôtel Particuliers à Paris ont été en partie inspirés par l’architecture italienne et le modèle du Palais du Luxembourg, à plus petite échelle. Le premier Hôtel Particulier baroque, comme l’Hôtel de Sully à Paris, La maison était généralement placée entre une cour fortifiée à l’avant et un jardin à l’arrière, avec l’entrée de la cour par un pavillon dans la rue. L’Hôtel de Sully à Paris, (1624-1630), conçu par Jean-Androuet du Cerceau est un bon exemple du style ancien, tout comme l’Hôtel Carnavalet. Alors que l’Hôtel de Sully devait initialement être construit en brique et en pierre, il a finalement été construit entièrement en pierre. Les Hôtels ont grandi en taille et en complexité tout au long du XVIIe siècle, avec l’apparition du vestibule entre 1635 et 1640. Les nouvelles maisons ont également commencé à avoir deux cours, l’une pour la cérémonie (la Cour d’honneur) et l’autre à des fins plus pratiques, comme les écuries. La façade du bâtiment résidentiel donnant sur le jardin a pris toute la largeur du terrain. De nouveaux types de pièces spécialisées, comme les salles à manger et les salons, ont commencé à apparaître. Parmi les exemples remarquables de l’Hôtel Particulier baroque français figurent l’Hôtel Carnavalet, l’Hôtel de Sully (1624-1639), l’Hôtel de Beauvais (1655-1660) et l’Hôtel de Soubise (1624-1639) (aujourd’hui Archives nationales françaises). Un exemple remarquable en dehors de Paris est le Palais Rohan de Strasbourg.

Le Place résidentielle La place résidentielle, un groupe de maisons de taille identique et d’architecture dentaire autour d’une place, généralement avec une fontaine au milieu, d’abord basée sur le modèle italien, est apparu à Paris sur la place royale (aujourd’hui Place des Vosges) entre 1605 et 1613. Les bâtiments avaient de hauts toits en mansarde et des façades tricolores en pierre, en pierre et en ardoise. Au début, une statue de Louis III à cheval a été placée au centre. Une place plus petite, la place Dauphine, qui compte à l’origine trente-deux maisons, a été construite sur le]. Il faisait face à une statue équestre d’Henri IV de France.

La place des Victoires (1684-1697) est la place des Victoires (1684-1697), un développement immobilier de sept grands bâtiments répartis en trois segments autour d’une place ovale, avec une statue équestre de Louis XIV prévue pour la pièce maîtresse. Il a été construit par un entrepreneur entreprenant et noble de la cour, Jean-Baptiste Prédot, associé à l’architecte Jules-Haroudin Mansart. La nouvelle place était une vitrine du nouveau style monumental de Louis XIV. L’ancienne brique et la pierre des places Henri IV ont été remplacées par le Grand Style des colonnes monumentales, qui faisaient généralement partie de la façade elle-même, plutôt que de se tenir séparément. Tous les bâtiments autour de la place étaient reliés et construits à la même hauteur, dans le même style. Le rez-de-chaussée était doté d’une salle d’arcade couverte pour piétons.

Entre 1699 et 1702, une autre place a été construite également par Hardouin-Mansart. la place Vendôme, Dans une autre innovation, ce projet a été partiellement financé par la vente de lots autour de la place. Tous ces projets présentaient des façades monumentales de style Louis XIV, donnant une harmonie particulière aux places.

Louis XV a suivi l’exemple de Louis XIV. Dans les dernières années de son règne, Louis a construit une nouvelle place importante au centre de la ville, la place Louis XV (aujourd’hui Place de la Concorde), avec une rangée harmonieuse de nouveaux bâtiments conçus par Ange-Jacques Gabriel. À l’instar des places précédentes, il présentait une statue équestre de Louis XV, qui a été abattue pendant la Révolution française. Louis XV a construit d’autres places monumentales selon le même modèle architectural dans les centres de Rennes et de Bordeaux. Une autre place remarquable, la place Stanislas, a été construite dans la ville de Nancy, en Lorraine, peu avant que le Duché ne soit officiellement rattaché à la France.

Source de Wikipédia

ARTICLES LIÉS