Quels étaient les deux principaux objectifs de l’édit de Nantes ?

Émigration des Huguenots 1566voir l’information sur l’image

A lire en complément : Où est la Martinique dans le monde ?

La fièvre de la Coupe du monde est presque terminée. Comme la plupart des pays, j’ai suivi la fortune des hommes de Glen Hoddle avec beaucoup d’enthousiasme, mais j’ai également été intrigué de savoir que leur camp de base pour la compétition se trouvait à Nantes. Peut-être que cette ancienne ville n’avait qu’une préoccupation passagère pour la plupart des fans, mais pour tout évangélique, Nantes devrait s’intéresser beaucoup plus.

Il y a exactement quatre cents ans, en 1598, le roi Henri IV a publié le désormais célèbre édit de Nantes. Pour les Huguenots français (voir article ET mai 98), il s’agit d’un tournant majeur dans leur lutte pour la liberté religieuse. L’édit énonce certaines garanties de protection pour les Huguenots et a pris des dispositions pour leur permettre de poursuivre leur foi dans une certaine liberté.

A découvrir également : Comment remplir un visa pour Cuba ?

Les événements qui ont mené à cet acte de tolérance remarquable représentent une tapisserie complexe de la vie française, avec une toile de fond sombre d’ignorance spirituelle et de superstition, mêlée à la des teintes criardes d’opulence et de puissance papale : une tapisserie tachée du sang de la guerre et des persécutions, mais enfilée avec l’or d’hommes et de femmes remarquables. Ils ne posséderaient que le seul véritable Évangile, et ils étaient prêts à mourir pour cela. Ce sont les Huguenots, les enfants de la Réforme.

Informations sur l’image de Martin Luthersee

Religion Évangile

Inspiré par les enseignements de Luther et surtout de Calvin, le protestantisme a été introduit en France dans les années 1520. Au départ, la religion de l’Évangile a été bien accueillie dans l’ensemble de la société française, obtenant même le patronage du roi François Ier et de sa sœur, la reine Marguerite de Navarre. La lune de miel a toutefois été de courte durée. Les forces de la religion établie s’alarmaient devant l’influence croissante des Huguenots. L’alarme s’est tournée vers l’intolérance alors que le pouvoir du catholicisme, aidé et encouragé par les factions politiques belligérantes, cherchait à écraser le mouvement montant. Il y a eu une série de persécutions contre les Huguenots, ponctuées uniquement par un modèle de guerres religieuses violentes. Des champions sont apparus des deux côtés et parfois d’autres nations ont été entraînées dans le conflit qui a entaché cette période de l’histoire française.

Le jour le plus sombre de tous a eu lieu le 24 août 1572, connu sous le nom de massacre de Saint-Barthélemy. Deux ans de paix malaisée ont mis les Huguenots dans un faux sentiment de sécurité. Un complot a été éclos par le roi Charles IX et sa mère dominatrice, Catherine de Médicis, qui ont ensuite pu massacrer des milliers de Huguenots ce jour fatidique.

Henri IV de France par Frans Pourbus le jeune. Voir les infos de l’image

La tolérance religieuse

La huitième guerre a eu lieu sous le règne du successeur de Charles IX, Henri III. En 1587, les Huguenots, menés avec compétence par Henri de Navarre, ont remporté la victoire à Coutras. Avec les catholiques en désarroi, et l’assassinat en 1588 de leur chef, Henry l de Lorrain le duc de Guise, Henri III se sont ralliés à la cause huguenot. À sa mort en 1589, Henry Navarre devient le premier roi bourbon de France, Henri IV. Toujours pragmatiste, Henry a cherché une solution finale au conflit religieux en se convertissant au catholicisme en 1593, mais a également publié l’édit de Nantes, accordant une tolérance religieuse aux Huguenots.

En publiant l’édit en tant que roi catholique, Henri IV espérait que ses sujets catholiques n’auraient pas l’impression de trahir leurs intérêts. Mais dans le même temps, préoccupé par la menace continue de l’intervention espagnole, Henry a également cherché à apaiser les Huguenots avec des concessions, dans l’espoir de rallier leur soutien en cas de besoin. Ainsi, pour le bien de son trône, un paquet de compromis a été produit pour ses citoyens huguenot.

Termes de l’édit

Les termes de l’édit accorde la liberté de conscience à tous les Huguenots de toute la France. Des villes spécifiées ont été autorisées à construire des églises pour le culte protestant. Certains nobles ont même été autorisés à tenir des services dans leur maisons. Les pasteurs Huguenot reconnus ont été payés par le gouvernement. Une zone d’exclusion de cinq milles a été placée autour de Paris, ce qui a empêché l’influence des Huguenot dans cette ville. Des concessions civiles ont également été accordées permettant à certains Huguenots d’occuper des postes officiels. Les quatre universités de Montauban, Montpellier, Sedan et Saumur ont été autorisées à être soumises à l’influence protestante. Un tribunal connu sous le nom de Chambre de l’Edit a été créé pour donner une représentation des Huguenots dans un parlement et, comme garantie de protection, 100 villes fortifiées leur ont été accordées pendant huit ans.

Bien que les dispositions de l’édit n’aient jamais été pleinement appliquées, il a produit une période remarquable de paix et de stabilité, même de lenteur de progrès économique, au cours de laquelle les Huguenots ont pu prospérer. C’était à l’époque où l’Évangile était libre, la véritable église de Dieu s’est développée et les universités huguenot sont devenues des bastions de la théologie protestante. Cette période de répit a toutefois été de courte durée. Il n’avait que douze ans. lorsque, en 1610, Henri IV a été assassiné par un moine, François Ravaillac.

Louis XIV SOURCE Informations sur l’image Wikipédiasee

Avec l’accession du jeune roi Louis XIII et l’influence de sa mère et d’autres fonctionnaires de la cour, des complots étaient en cours pour rétablir l’ancien ordre. Le fameux édit n’a guère été pris en considération et une série de persécutions ont commencé contre les Huguenots. Le prochain roi, Louis XIV, poursuivant une politique absolutiste, ne fait que faire avancer cette tendance. Les Huguenots ont pris les armes une fois de plus et ont courageusement résisté, alors que de nouvelles guerres ont éclaté. L’événement le plus remarquable de cette période a peut-être été leur forte résistance aux forces du roi dans la forteresse de La Rochelle, qui a finalement chuté en 1628.

L’édit révoqué

L’édit de Nantes n’était qu’un fantôme d’une charte lorsqu’il a finalement été révoqué en 1685. La vie des protestants français est maintenant devenue intolérable, car de vieilles animosités ont été rouvert. Dans le jour suivant la révocation, leur les adversaires ont agi. Les lieux de culte ont été détruits et les anciens droits ont été piétinés. Les huguenots se sont retrouvés dans un monde cauchemardesque, dépourvues de leurs libertés. Ils ont maintenant été persécutés sans pitié et forcés sous la torture d’abjurer leur foi. Des actes de barbarie ont été commis sur des personnes sans défense.

Beaucoup ont courageusement résisté et sont restés fidèles à la foi. D’autres ont été écrasés en esprit. Dans la frénésie folle de sang du roi, même certains des sujets les plus aptes et les plus créatifs sur le plan commercial, ont été massacrés à cause de leur foi, ou ont été emprisonnés ou exilés comme esclaves de cuisine. Ce bain de sang de persécution a non seulement taché la réputation de la France pour les générations à venir, mais l’a également privé économiquement et socialement. Pourtant, une foi née dans l’adversité et nourrie dans le berceau de la souffrance est une foi forte et vibrante. C’est un qui pouvait représenter l’honneur du Christ et la gloire de son Évangile pour les générations futures.

Charles Haddon Informations sur l’image de Spurgeonsee

Évasion

D’autres ont été agonisés par la décision de rester ou de partir, et ont choisi cette dernière. Même pour eux, l’évasion était lourde de danger. Les frontières ont été patrouillées et chaque fugitif avait un prix sur la tête. Beaucoup ont risqué leur vie et leurs membres pour leur liberté. Certains se sont déguisés, d’autres étaient enterrés sous des cargaisons alors qu’ils étaient sortis clandestinement. D’autres encore ont été capturés et retournés ou brutalement tués. Tout comme la dispersion dans les Actes, les émigrants huguenot se sont installés dans d’autres nations, diffusant vigoureusement l’Évangile. Fuyant en Angleterre, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Suisse et dans les colonies d’Amérique du Nord, ces personnes devaient fournir l’épine dorsale spirituelle des générations futures de protestants dans ces pays. On peut en voir un bon exemple dans l’ascendance de la famille Spurgeon dans l’Essex. Cette famille, qui a fait preuve d’une lignée exceptionnelle de piété et de générations de prédicateurs compétent, dont son fils le plus célèbre, Charles Haddon Spurgeon, remontent aux colons huguenot néerlandais.

Pertinence pour aujourd’hui

Il est juste que nous devons nous souvenir de ces choses. L’édit de Nantes a été une percée qui donne une brève mesure de liberté à l’évangélicalisme en France. Pour se rappeler les difficultés que ces gens ont endurées, simplement pour la liberté de faire ce que nous tenons maintenant pour acquis, devrait nous combler d’un profond sentiment de reconnaissance envers un Dieu qui nous a épargnés et nous a donné notre liberté. Toute liberté a un prix. Les libertés religieuses dont nous jouissons aujourd’hui dans ce pays n’ont été que le résultat des luttes des générations précédentes d’hommes et de femmes pieux.

Il convient également de rappeler que nous ne pouvons jamais compter sur des solutions artificielles pour préserver l’œuvre de Dieu. Bien que nous fassions tout ce qui est en notre pouvoir pour garantir que nos dirigeants maintiennent une constitution qui respecte la liberté religieuse et les lois morales, nous ne devons jamais devenir dépendants de la législation de l’homme. Notre confiance ne doit être que dans le Dieu qui est notre refuge. Personne ne sait quoi des rebondissements et des virages que notre nation pourrait prendre à l’avenir, des changements qui pourraient rendre notre position évangélique difficile. Comment réagirions-nous ? Notre foi resterait-elle intacte ? Comment se comparerions-nous avec ces courageux gens d’il y a quatre siècles ? Pouvons-nous apprendre d’eux ?

Dieu a été leur force et leur aide. C’était un peuple qui, dans toutes leurs souffrances, a pu se tourner vers un pays meilleur : «… un pays céleste. C’est pourquoi Dieu n’a pas honte d’être appelé leur Dieu, car il a préparé une ville pour eux » (Hébreux 11:16).

ARTICLES LIÉS